Réunions d'information en présence de nos cliniques partenaires à Paris et Lyon
INSCRIPTION ICI

Procréation naturelle

Procréation naturelle

Pour mieux comprendre les difficultés liées à l'infertilité, il faut d'abord bien maitriser les mécanismes de la reproduction naturelle. Bien sûr, tout le monde sait comment on fait les bébés mais êtes vous sur de bien connaître tous les mécanismes physiologiques et chimiques complexes qui se cachent derrière ce moment de plaisir pour aboutir à la naissance d'un nouvel être humain ?

Du fait de la complexité du mécanisme, de nombreuses anomalies sont possibles, chacune pouvant mener à une infertilité temporaire ou permanente.

Toute naissance sexuée résulte de deux gamètes (ou cellules sexuelles) de deux sexes différents.

Il faut donc produire des gamètes :  

pour Monsieur ce sera les spermatozoïdes,

pour madame ce sera les ovocytes.

Production des spermatozoïdes

Chez l'homme, les spermatozoïdes sont produits de façon continue et permanente dans les testicules  depuis la puberté. Ils se mélangent à différentes sécrétions de glandes annexes (vésicules séminales,  glandes bulbo-urétrales et la prostate) pour former le sperme.  Il contient des nutriments (principalement du sucre appelé fructose qui donne de l'énergie aux spermatozoïdes) ainsi que des substances chimiques qui les activent, protègent et les aident à se déplacer.

A chaque fois qu'il éjacule, l'homme expulse dans un volume de 2 à 6 millilitres, de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions de spermatozoïdes. La qualité du sperme varie selon les individus et varie selon les périodes. Elle peut être fortement affectée par l'environnement (pollution, etc.) mais aussi par certains comportements ou états : stress, maladies, tabac, conditions thermiques, etc.

Production des ovocytes

Les ovocytes ou gamètes féminins sont produits chez la femme par ses deux ovaires. .

Dès la naissance, chaque femme possède un stock définitif d'ovocytes qui varie de 250000 à 500000 pour chaque ovaire. Ce "stock", appelé réserve ovarienne, diminue avec les années pour devenir quasiment nul à la ménopause. Sur ce stock gigantesque, seuls quelques centaines seront fécondables durant la vie génitale de la femme.

A la puberté, les ovaires vont s'activer sous l'effet de différentes hormones afin de mettre en place un cycle de 28 jours permettant la fécondation et la nidification.

Un cycle féminin régulier dure en moyenne 28 jours et se compose de deux phases:

- la phase folliculaire qui dure environ 14 jours et finit par l'ovulation, durant laquelle un follicule parmi la dizaine qui existe lors de chaque cycle sur chaque ovaire, appelé follicule dominant, se développe dans l'ovaire sous l'effet d'hormones appelées gonadotrophines LH et FSH , et libère, vers le 14 ème jour, lorsqu'il a atteint la taille mature de 20 mm environ, l'ovocyte, qu'il contient prêt à être fécondé.  C'est l'ovulation.

Cet ovocyte fécondable est expulsé vers la trompe où il se place sur les franges mobiles.

la phase lutéale : elle débute après l'ovulation et se termine avec la venue des règles. Cette phase dure également 14 jours environ. Le follicule qui contenait l'ovocyte libéré se transforme alors en corps jaune qui, s'il y a eu fécondation, va libérer les hormones qui vont préparer l'utérus à l'implantation d'un embryon. C'est la nidation. En l'absence de fécondation, le corps jaune va se détruire déclenchant les règles qui sont un détachement de la muqueuse utérine accompagné de saignement dont l'utilité est de régénérer celle-ci pour le prochain cycle.

Ce cycle mensuel se terminera à la ménopause.

La fécondation

Pour qu'il y ait fécondation il faut que les gamètes males et femelles se rencontrent : c'est le rapport sexuel qui doit avoir lieu pendant la période d'ovulation. Inutile de vous le décrire, vous savez sans doute comment faire ! Pour résumer, sous l'effet de l'orgasme masculin, les spermatozoïdes sont expulsés et déposés au fond du vagin. Commence alors le parcours du combattant pour les spermatozoïdes ! Un seul sera vainqueur et aura le privilège de féconder l'ovocyte. Pour cela il devra rejoindre l'ovocyte fécondable dans la trompe.

Une fois déposés dans le vagin, les spermatozoïdes se déplacent en godillant avec leur longue queue appelée flagelle. Ils vont d'abord franchir le col de l'utérus grâce à la glaire cervicale, un liquide visqueux et filant secrétée par le col utérin uniquement pendant la période où la femme est fécondable. Ils pénètrent ensuite dans l'utérus et remontent par des contractions de l'utérus jusqu'aux trompes où se trouve l'ovocyte convoité !

A peine 150 000 spermatozoïdes arrivent dans les trompes sur plusieurs millions au départ.

L'ovocyte n'est fécondable que pendant 24 heures  après l'ovulation et les spermatozoïdes peuvent rester vivants pendant quatre à cinq jours  une fois déposés dans le vagin. Cela explique pourquoi une femme n'est fécondable que quelques jours par mois.

Une fois arrivés dans les trompes, quelques dizaines de spermatozoïdes vont se coller à l'ovocyte et un seul va percer sa membrane et pénétrer dans l'ovocyte (les autres ne pourront pas pénétrer). Les deux membranes fusionnent, celle de l'ovocyte et celle du spermatozoïde. Une vingtaine d'heures après la fécondation, les chromosomes masculins et féminins sont mis en commun pour créer un nouveau génome dans une unique cellule appelée zygote. C'est le début de l'embryon.

Par la suite, cette cellule se divise en 2,4,8 etc. puis 30 cellules au 3 eme ou 4 eme jour , 200 cellules au bout de 6 à 7 jours.

L'embryon se déplace vers l'utérus par les contractions de la trompe et environ une semaine après la fécondation, il s'installe dans l'endomètre, paroi interne de l'utérus préparé pour accueillir l'embryon pendant 9 mois jusqu'à l'accouchement.

On comprend aisément que chaque incident, dysfonctionnement, perturbation dans ce processus complexe peut conduire à l'absence de procréation naturelle. Nombreuses sont les conditions à réunir pour une conception.

Il faut par exemple :

- avoir des rapports sexuels fréquents et réguliers (c'est une évidence !),

- qu'au moins une trompe soit fonctionnelle,

- que les ovocytes soient de bonne qualité,

- que les spermatozoïdes soient assez nombreux et mobiles,

- que le rapport sexuel ait lieu pendant la période d'ovulation,

- la glaire cervicale doit être de bonne qualité pour permettre la survie des spermatozoïdes

- la sécrétion des hormones FSH et LH par l'hyphyse ne doit pas être perturbée,

- l'épaisseur de l'endomètre doit être suffisante et sa qualité apte à la nidation de l'embryon,

- etc., etc.

Cette liste n'est qu'une petite partie des troubles qui peuvent affecter une conception naturelle.

La complexité de la conception naturelle explique que malgré une activité sexuelle régulière, la grossesse survient dans un délai de quelques  mois à plus d'un an.  Pour un couple de 20 à 25 ans la fécondabilité s'établit à 25 %. Elle diminue rapidement après 35 ans rendant la maternité plus difficile.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons ces pages  http://www.gyneobs.com/gyneobs/Reproduction_naturelle.html